DEVENIR CORRECTEUR

La correction

La correction est un besoin constant et important que l’intelligence artificielle ne peut assouvir totalement. L’intervention humaine dans la correction est toujours nécessaire car il ne s’agit pas que d’appliquer des règles : il est aussi question de sens, de style, de respect de ligne éditoriale. Cependant, des outils informatiques de correction performants sont à la disposition des professionnels qui doivent se former pour les maîtriser et optimiser leur usage.  

L’immédiateté de la diffusion de l’information et plus généralement le raccourcissement des délais entre la production d’un écrit et la mise à disposition de son lectorat sont autant de facteurs qui favorisent la publication d’erreurs, dont certaines peuvent avoir des conséquences importantes pour le sens du message.

Quelques perles sont régulièrement mises à jour sur https://bescherelletamere.fr/

devenir correcteur

LE CORRECTEUR

Le correcteur intervient sur l’orthographe, la grammaire, la syntaxe, la typographique. Il peut également être amené à ajuster la mise en page d’un texte, le relire, voire le réécrire, en fonction du besoin de son commanditaire. Il vérifie aussi la fiabilité des dates, les données scientifiques et historiques, les citations et apporte les corrections nécessaires.

Il travaille pour la presse écrite, la publication web, l’édition, les entreprises, les institutions. Pour cela, il a non seulement besoin d’une connaissance robuste et approfondie de la langue française, de ses spécificités et exceptions, mais aussi d’une méthodologie rigoureuse et professionnelle. Il doit également être capable de s’adapter aux besoins protéiformes de son commanditaire de correction avec une véritable déontologie dans sa pratique.

Depuis quelques années, l’exercice de la fonction de correcteur évolue selon deux tendances : moins de correcteurs salariés au profit de correcteurs indépendants ; pluridisciplinarité croissante des correcteurs qui dispensent plus largement des conseils éditoriaux, ou sont également traducteurs, … 

De plus en plus, la fonction de correcteur se pratique en tant que prestataire généralement installé en auto-entreprise, intervenant pour un ou plusieurs clients. Certains interviennent exclusivement pour l’édition ou la presse ; d’autres s’adressent également aux auteurs publiant à compte d’auteur, aux étudiants, aux rédactions web, aux entreprises, aux institutions et collectivités.

formation au métier de correcteur - France
Formation au métier de correcteur
Comment devenir correcteur
Financer ma formation via mon OPCO

QUI DEVIENT CORRECTEUR

 La fonction de correcteur est idéale pour les amateurs des lettres et de langue française qui souhaitent exercer à domicile une activité principale ou complémentaire en tant qu’indépendant.

Dans la presse, les tendances sont à l’externalisation de la correction et à sa répartition sur des fonctions polyvalentes.  Les secrétaires de rédaction sont sollicités pour relire et corriger, les journalistes eux-mêmes sont appelés à corriger au maximum leurs écrits. 

Ces tendances se confirment dans l’édition, ou s’il existe encore des correcteurs salariés, une partie de la correction est externalisée à des correcteurs prestataires ou confiée en interne aux assistants d’édition. 

Dans les entreprises, la correction représente une véritable fonction. Souvent, un ou plusieurs collaborateurs (assistants de direction, chargés de communication, chefs de projets, …) sont identifiés comme particulièrement doués en orthographe, en rédaction ou ont tout simplement la responsabilité de la qualité d’écrits à diffuser. Ils doivent alors corriger des textes bien souvent dans l’urgence : il peut s’agir de mails, d’éléments de communication interne ou externe, de rapports, de mémoires, de manuels techniques, d’offres commerciales, … Dans ce cadre ils exercent empiriquement, sans avoir été spécialement formés pour cela, et sans que leur compétence de correcteur puisse être appréciée à sa juste valeur. 

Les auteurs eux-mêmes ont un intérêt à se former à la correction. En effet, pour ceux publiant à leur compte, l’effet d’une production comprenant des erreurs peut être dévastateur sur l’appréciation du texte par le lectorat. Pour les primo-auteurs s’adressant aux maisons d’éditions, il est indispensable de fournir un manuscrit corrigé. Attention, même si le fond est digne d’un chef d’œuvre, un manuscrit dont la forme est négligée peut être écarté, car il nécessite dans ce cas trop de frais de correction et de réécriture.

DEVENIR CORRECTEUR AVEC L’EFLC

C’est en tenant compte des spécificités et de l’évolution de la correction dans les différents secteurs que nous avons conçu la formation dispensée par l’Ecole Française de Lecteur-Correcteur. Elle permet à chaque apprenant, quelque soit son contexte,  de pouvoir de positionner comme correcteur professionnel dès la fin de formation :

  • les devoirs variés sont de véritables mises en situations professionnelles ;
  • les cours du thème « évoluer en autonomie dans l’environnement du lecteur-correcteur » permettent de mettre en œuvre le cadre adéquat pour la pratique professionnelle ;
  • la diversité des intervenants et leurs retours d’expériences lors des webinaires présentent des pratiques et des secteurs d’interventions variés dans lesquels chaque apprenant repère les points clés pour sa propre pratique ;
  • enfin, le contenu technique de la formation fait un tour complet de la langue française et de ses spécificités.

Que ce soit pour exercer le métier de correcteur à temps plein, en complément d’activité, ou pour professionnaliser vos pratiques et valoriser vos compétences, la formation de lecteur-correcteur est faite pour vous ! Contactez-nous pour échanger sur votre besoin de formation et vos envies professionnelles.

Formation métier de l'édition
Se former au métier de Lecteur Correcteur

École Française de Lecteur-Correcteur

N

Formation e-learning interactive

N

Supports de cours écrits, vidéos, webinaires, nombreux exercices et devoirs corrigés

N

Intervenants : des professionnels en activité

N

Finançable par le CPF ; par les OPCO ; par Pôle Emploi

N

Durée : 6 mois (soit 180 h de pratique)

l

Inscription au prochain webinaire d'information

Mardi 9 novembre - 20 h

RESTONS CONNECTÉS

#Suivez-nous

Suivre l'école française de lecteur correcteur

SUIVEZ-NOUS

Retrouvez toute l'actualité de l'École Française de Lecteur-Correcteur sur nos réseaux sociaux. 

NOTRE DÉVOUEMENT POUR LA FORMATION DE CORRECTEUR

Qualité, certification, responsabilité

La qualité de la formation est centrale au sein de l’EFLC. Elle se matérialise : 

  • Par une adéquation très forte entre les besoins techniques des correcteurs et le programme de la formation. Le pragmatisme et l’utilité sont deux de nos principaux critères d’évaluation.
  • Par des contenus permettant une amélioration des compétences acquises. Une grille d’évaluation très détaillée est utilisée pour visualiser les points forts, les pistes d’améliorations pour chacun des 13 devoirs évalués pendant la formation. 

L’EFLC est certifiée QUALIOPI depuis juin 2021 (en savoir plus à propos de Qualiopi). Au-delà de cette certification obtenue sans aucune non-conformité, nous mettons tout en œuvre pour améliorer en continu la qualité de la formation.

 

 

 Pour cela, nous exploitons avec minutie :

  • les questionnaires d’évaluation de la formation mis à disposition des participants sur leur espace e-learning ; 
  • les retours, les commentaires, les suggestions, les réclamations effectués par téléphone ou via l’adresse mail dédiée communiquée lors de l’inscription ;
  • les résultats obtenus aux exercices et devoirs afin d’évaluer l’efficacité pédagogique et de faire évoluer les modalités et les contenus, le cas échéant. 
  • les retours permanents effectués par nos partenaires entreprises de la presse, de l’édition et d’autres secteurs afin de s’assurer en permanence de la bonne adéquation du contenu de notre formation aux besoins des correcteurs et de leurs commanditaires.
Formation correcteur - Qualiopi
Organisme de formation certifié Qualiopi
Mon panier
Votre panier est vide.

Il semble que vous n'ayez pas encore fait de choix.